On redonne vie à une moto de 1979 et ça nous donne 2 autres projets.

Découvrir les 2 autres projets ici –> (à venir 🤞)

PART 1 – ECHELLE 1:1 – HANTZ LA BASE
PART 2 – ECHELLE 1:3 – LA DRAISIENNE

PART 3 – ECHELLE 1:10 – LEGO VERSION

Part 1 : Hantz – Mon café racer sur une base de BMW R100 RT –

Voici le genre d’article que j’aurai aimé trouver, lorsque je me suis lancé dans mon projet de cafe racer sur ma BMW R100 RT que j’ai décidé d’appeler Hantz.

On vous partage toutes les bonnes adresses, les bons conseils, des plans, des fichiers 3D et les erreurs à ne pas commettre, En somme gagnez du temps et bénéficiez de notre retour d’expérience. Et surtout combien cela coute de fabriquer soi-même un café racer.

Certains lisent, d’autres font du sport, moi ma façon de progresser c’est d’apprendre de nouveau process de fabrication auprès d’experts et de pouvoir appliquer ce que j’ai appris.

Du coup j’ai décidé de partager mes sessions de « Do It Yourself accompagné », et cela commence avec Hantz, mais de nombreux projets sont à venir, et vous pouvez les suivre ici 👉👉 www.instagram.com/boltetnut/

Contexte : concevoir et fabriquer c’est mon métier, je me suis donné les moyens de vivre de ma passion via www.esquisse-3d.com et aujourd’hui je suis ravi de pouvoir partager un projet personnel car souvent je suis soumis à des accords de confidentialités.

Pourquoi partir d’une BMW Serie R ? Je trouve que ce type de moto se prête bien à l’exercice, son passé dans la gendarmerie Française en fait une icone, de plus il est facile de trouver des pieces. La design de son moteur et de son réservoir finissent de vous charmer, et je ne vous parle meme pas de la version Mono bras à jante à rayon 😉.

Et puis après avoir essayé la Nine T, j’ai adoré ce moteur, un Bi-cylindre à plat qui vous balance de droite à gauche.

Tout à commencé par cette annonce 👈 , en Mai 2020 après plusieurs mois de recherche, j’ai enfin trouvé ma moto donneuse, une BMW R100RT de 1979 dans son jus, du coté de Valence, elle avait 80 000 Km.

Mon premier critère était d’avoir un modèle équipé de freins à disques à l’avant et à l’arrière (erreur, les modèles à tambour freine mieux 😫). Ensuite j’en voulais une dans un état qui nécessité de tout revoir, afin que je puisse la refaire à mon goût, et consacré plus de budget 💵 sur les accessoires que sur la base 🏍 .

Je l’ai acheté sans même la voir car les restrictions de déplacements ne me le permettait pas (fin du premier confinement); du coup quelques semaines plus tard, j’ai reçu le genre de colis qui fait plaisir 😉

A peine déballé, nous l’avons rapidement démarré et me voici rassuré, le moteur tourne rond, mais il y a un problème de cable d’embrayage, du coup je n’ai pas pu correctement tester le passage de vitesses. Les freins sont existants et en bon état.

Avant de tout démonter :

📝 Petit rappel : Tester toutes les fonctions de votre moto avant de commencer le démontage, charge de la batterie, freins, passage des vitesses, fuites d’huiles, etc…

Maintenant que j’ai la base donneuse, il fallait trouver des sources d’inspirations de café racer.

J’aime beaucoup le travail des portugais

🇵🇹 BG – Bandit Garage

& des espagnols

🇪🇸 de CRD Café Racer Dream

que je vous invite à découvrir 👉.

Vous avez aussi les Allemands 🇩🇪 de chez Walzwerk qui sont spécialisé sur les R monolever https://www.walzwerk-motorcycles.de/

Il est temps d’attaquer le démontage et de commander les pièces nécessaires.

Un TIME LAPSE du démontage 👉👉

Sur ce projet, l’Expert, c’est mon père, Philippe, bientôt 40 ans d’expérience en tant que mécanicien, cela me tenait à coeur de partager un projet avec lui et qu’il puisse me confier un peu de son savoir faire. D’autres experts son intervenu, comme Jerome de chez Roadster Carrosserie, qui nous partage un peu plus bas ce qu’il faut savoir sur les peintures avant de se lancer.

Où avons nous passé commande des pièces de rechanges ?

Nous avons passé commande sur différents sites, dont voici la liste.

Un peu plus bas vous pourrez retrouver plus de détails sur les pièces que j’ai commandé et le coût.

J’ai fait une petite vidéo qui résume toute cette première partie.

Le centre de mon projet, son nouveau cerveau 🧠 ➡️➡️

💡 Pensez également à repérer et marquer les faisceaux électriques, cela vous aidera au remontage. Par ma part j’ai décidé de remplacer tous les relais par un module Motogadget M-Unit « Blue » ( oui tant qu’a faire autant prendre la version connecté pour un démarrage sans clef ). Donc je n’ai pas gardé grand chose du faisceau à part ceux qui sortaient du moteur.

Quelques photos de la moto démonté, ainsi que la préparation du moteur pour l’envoyer à l’aérogommage.

On peut voir également le repérage les faisceaux du moteur et aussi les caches fabriqué en PMMA découpé au laser pour protéger le moteur lors de l’aéro-gommage. Démonter c’est la partie la plus simple, en un week-end c’est réglé.

Direction la cabine de peinture.

Une fois le tout démonté, j’ai envoyé le cadre, le reservoir, et gardes boues au sablage et peinture chez Roadster Carrosserie dans le nord gironde (33).

J’ai opté pour une peinture au pistolet liquide noire satiné pour le cadre.

Le reservoir était en plutôt bon état, on a juste fait un ponçage et une petite reprise au mastic.

Pour la couleur on est parti sur un bleu foncé de chez FIAT, le Blu Pitti pour le réservoir et les gardes boues.


Quand à l’intérieur du réservoir, il était en bon état, donc on n’a pas eu besoin de passer du Restom.

J’ai démonté le garde boue avant d’origine, j’en ai récupéré le support en inox que j’ai poli sur ma perceuse à colonne et un kit de polissage de chez Wolfcraft. Pour info la pièce en Inox sert également de raidisseur de fourche, donc j’ai préfèré la conserver.

Pour remplacer mes garde-boues j’ai trouvé mon bonheur chez SW Motech avec un de leur modèle universel ( en alu brossé) que j’ai adapté sur le support en inox et apprêté et peint du même bleu.

J’ai découpé au laser des rondelles en PTFE pour limiter les vibrations et éviter d’abimer la peinture du garde boue et j’ai réutilisé les 4 vis d’origine que j’ai poli.

J’ai commandé la selle et son support chez Bandit Garage. Ils font de temps en temps des ventes de certains accessoires.

La selle est faite sur mesure 🧵 en cuir sur une base de tolerie métal.

Quand à la boucle arrière elle est en tube Acier D30mm et elle vient se fixer directement sur le cadre. Pas besoin de soudure et c’est démontable 😉.

Il est temps d’attaquer le remontage du cadre.

Pour cela je me suis procuré la revue technique de BMW R100, afin d’avoir tout les couples de serrages.

On reviendra sur le remontage du cadre, mais passons à la partie moteur, il fonctionne très bien, par contre lors de l’essai je n’avais pas pu tester correctement la boite à vitesse.

Avant d’attaquer les revisions mécaniques, on s’attarde à l’esthétique et un bon aerogommage viendra à bout des couches de graisse, et nous permettra de voir les vices caché.

D’ailleurs on a remarqué que la boite à vitesse à souffert, plusieurs fissures, et le support de soufflet de cardan cassé.

Un ami soudeur nous a aidé à reprendre les fissures au TIG, en recreusant les fissures avec une fraise, et les re-remplir au TIG avec apport. Enfin pour le support de soufflet de cardan nous avons découpé un bout de tube en inox qui faisant le bon diamètre et que l’on a collé sur une surface poncé et dégraissé pour amélioré l’accroche. Les colles me surprendront toujours de leur résistance.

Une fois les joints changés, le démarreur révisé, changé les caches culbuteur pour une version plus ancienne, il est temps d’attaquer la peinture.

Je suis parti sur une peinture Motip Haute Température Noir Mat.

J’ai dû utiliser 5 bombes de peintures, ce qui revient très vite chère.

Une fois le tout bien sec, je l’ai mis en plein soleil, certains conseille de les mettre à coté d’une cheminé ou encore de faire tourner le moteur, ce qui n’était pas très simple quand le moteur est démonté.

Satisfaisant mais chronophage, le ponçage des arrêtes. Pour cela j’ai utilisé ma Dremel et une cale à poncer en partant du grain 220 puis 280 et enfin 500.

Ensuite j’ai verni pour protèger l’alu nu que l’on vient de poncer, afin d’éviter qu’il ternisse à nouveau.

Donc une fois les arretes vernis, je les ai protégé, et puis j’ai remis une lègère couche de noir pour redonner l’aspect noir mat au moteur.

Enfin j’ai remonté et centré l’embrayage grâce au centreur d’embrayage, mais celui-ci n’était pas assez précis, donc j’ai rajouté un disque en plexiglass découpé au laser pour améliorer le centrage.

Check, ça commence à prendre forme.

On a profité de se démontage pour réviser le démarreur, et vérifier que le solènoïde qui engage le démarreur fonctionne correctement.

Solénoid du démarreur qui se déploie pour entrainer le moteur

Puis l’alternateur m’a donné du fils à tordre. On a fini par changer l’intégralité de l’alternateur, car j’avais un problème de charge de ma batterie. On a commencé par changer le Stator qui était usé par un frottement répété du rotor qui a dû se dé-axer, ce qui a abimé également son bobinage –> voir photo plus bas.

Nous avons trouvé le rotor sur Ebay assez facilement par contre c’était pas la même histoire pour le Stator et nous l’avons finalement trouvé chez EME.

Pour info si votre alternateur charge très peu cela peut venir de votre rotor qui à un impédance trop forte, ce qui était mon cas (4 à 180 MOhm contre normalement 3 à 6 Ohm). Il fonctionnait mais ne rechargeait pas ma batterie. Il sortait 12 V alors que normalement un rotor en bon état vous permets de sortir env 13,2V et charger rapidement votre batterie.

  • Vieux Stator
  • Rotor non conforme
  • Rotor conforme

Avant de s’attaquer au remontage du moteur dans le cadre, je souhaitais intégrer le compteur Tiny de chez Motogadget dans mon phare avant rond de 7 pouces.

Pour cela j’ai fait usiné une coupelle afin d’accueillir le compteur et on a collé la coupelle à l’intérieur de mon phare.

Ensuite j’ai fait peindre le phare.

Il est temps maintenant de remonter le moteur dans le cadre pour attaquer le remontage des échappements et s’attaquer à la partie câblage.

J’ai réussi à remonter le moteur dans le cadre avec la boite à vitesse sans avoir à enlever le bras oscillant, pour y arriver j’ai utilisé un cric pour soutenir mon moteur, et en inclinant le devant du moteur vers le haut.

Je m’en doutais mais beaucoup trop fastidieux comme étape.

Maintenant le moteur en place on va pouvoir attaquer l’électrification, J’ai tiré tout les câbles en partant du M-Unit que j’ai installé sous le réservoir en créant une petite platine support conductrice ( c’est important pour avoir une bonne masse). J’ai passé les câbles dans une petite gaine électrique qui cours le long du cadre, pour distribuer toutes les fonctions.

Le feu LED arrière a été acheté sur Amazon, puis intégré dans un support fait en impression 3D afin de l’intégrer sur la boucle arrière. Concernant les clignotants avant et arrière, j’ai opté pour des LED Atomus. Pour l’arrière il se monte directement sur la boucle à côté de la fixation des amortisseurs, quand à l’avant je les ai intégré sur les supports de phare imprimé en 3D.

Ensuite j’ai cablé toutes les commandes à l’intérieur du guidon via les boutons de chez Motogadget. Enfin pour le neiman j’ai gardé celui d’origine et que j’ai intégré dans ma nouvelle boite à air faite sur mesure en Impression 3D, et j’ai opté pour un nouveau klaxon. Et pour le style j’ai changé les antiparasites, et leur câble avec du câble textile bleu et rouge assorti à la moto. Une partie du câblage se retrouve dans le phare avant directement sous le compteur, comme les diodes pour les clignotants, mais aussi toutes une partie des connectiques qui font le lien entre le M-Unit, le compteur et les boutons sur le guidon.

Je vous ai également mis les schémas électrique pour ce type de moto.

IMPRESSION 3D

Pour ce projet j’ai utilisé aussi de l’impression 3D mais aussi un scanner 3D afin de refaire et customiser quelques pièces, dont le support de phare avant, la boite à air, le support de feu arrière, support de réservoir de maitre cylindre arrière, et de l’assurance. Egalement je m’en suis servi pour valider quelques pièces avant de les lancer en production en usinage aluminium et inox, comme pour le capteur de vitesse, bague d’adaptation des pots d’échappement et bague de rattrapage pour raccourcir la longueur de ma fourche.

D’ailleurs certains de ces fichiers ou pièces sont disponibles à la vente sur demande via notre instagram.

  • Support de feux avant sans support de clignotant
  • Support de feux avant avec support de clignotant
  • Boite à air pour modèle plat avec ou sans support de neiman
  • Boite à air pour modèle arrondi avec ou sans support de neiman
  • Support de feux arrière (vu juste au dessus).

Ça commence à prendre forme

On y est presque, la partie finition reste souvent la plus longue 🤔.

J’ai passé environ 1 mois tout compris pour en arriver à cette étape.

Mais en toute objectivité, mes soufflets de fourche sont pas fous, et comme il faut démonter les fourreaux du T de fourche pour les changer, pourquoi pas enlever quelques centimètre à ma fourche pour la rabaisser.

On va couper les ressorts de 5cm, et rajouter une bague de la même dimension et un cale de rattrapage.

On a opté pour des soufflets 11 plis, fixer via du fils d’inox en forme de ressort fait maison. On en a fait une vidéo.

Un premier démarrage pas tout à fait comme je l’expectais. Non la fumée ne sort pas des pots d’échappement.

Lors du premier démarrage, j’ai de la fumé qui est sorti de la moto. Un vent de panic de voir mon travail partir en fumée.

Finalement après cette frayeur, je me suis rendu compte que cela venait du fils d’alimentation de mon neiman qui a pris feu, je pensais que dans ce câble ne passait que très peu de courant, et j’avais sous estimé la section du câble, donc je l’ai changé pour un bien plus gros et tout était réglé. 😜

Pour rentrer dans le détails des pièces que nous avons fait sur mesure voici quelques photos.

  • Capteur de vitesse qui se met directement dans la boite à vitesse et qui se connecte directement sur le compteur ( Alu + Plastique)
  • Bague d’adaptation pour les pots d’échappements en Inox
  • Support de plaque et de garde boue arrière
  • Platine en PTFE pour protéger le dessous de la selle et le moteur

On arrive à la fin, enfin presque, après avoir purger les freins, fait le plein des différentes huiles. On est parti faire un tour, et impossible de passer la 5éme.

ON DEMONTE LA BOITE A VITESSE

WHY !!!! c’est parti pour démonter la boite à vitesse, (pour ma part je n’aime pas démonter le bras oscillant, donc je préfère démonter les pots d’échappements, et enlever la tige arrière qui maintient le moteur sur la cadre et incliner le moteur vers l’avant, et il y aura assez de place pour démonter la boite sans avoir à démonter le bras oscillant.

Finalement le problème venait du sélecteur de vitesse qui était mal calé par la précédente personne qui l’avait démonté, il faut faire attention au remontage des pignons du sélecteur, (chose indiqué dans la revue technique.)

Egalement j’ai changé le petit galet en plastique beige qui avait du jeu par un roulement. Ci-joint les

ressources que j’ai utilisé pour la boite à vitesse

  • https://flatmaniac.desmerger.fr/flatmecanic/boite-de-vitesse/renovation.html
  • http://www.largiader.com/tech/airtrans/
  • https://www.schweizerschrauber.ch/mot/gearbox.html

pour l’embraye :

http://www.freebiker.net/FichesPratiques/changer_embrayage_BMW/index.html

SHOOTING DE LA MOTO

Liste des composants et cout

Lorem Phasellus amet, vulputate, ipsum Curabitur eleifend id